Partagez | 
 

 La folie est le plus beau signe de normalité } Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



WHAT ABOUT ME...
✂ Messages : 40
✂ Crédit : pechoutte et tumblr
✂ Célébrité avatar : Riker sexy Lynch
✂ Travail ici depuis : 04/06/2012
✂ Argents : 2097
✂ Situation : Célibataire, en couple, marié, divorcé tout à la fois
✂ Emploi/loisirs : Regarder les oiseaux par la fenêtre

DOSSIER MEDICAL

Dossier médical
♣ AGE: 20 ans
♣ SERVICE: Psychiatrie
♣ RELATIONS:

MessageSujet: La folie est le plus beau signe de normalité } Alex   Mer 6 Juin - 21:41

" Curtis vous devez prendre vos médicaments ! " Je balance le plateau avec les petites pilules au visage de l'infirmière qui tente de me faire prendre mes médocs. " Non ! Vous connaissez mes exigences pour suivre votre traitement vous savez ce que je demande ! " Je sais que l'infirmière n'y est pour rien si Il ne c'est pas montré depuis des jours mais je refuse de prendre mes médicaments tant qu'il ne serra pas là. Je refuse d'ailleurs tout. Qu'importe ce que l'ont me propose je refuse systématiquement. Promenade, soins, aide, lecture, nourriture, boisson, même la danse. Je ne veux rien faire tant que je ne l'aurais pas vue. Tant qu'on ne m'aura pas rassuré sur lui et savoir que tout va bien entre nous. " Il n'y à pas d'entre vous, ça n'a jamais exister, tout ce que tu vois n'est que le fruit de ton imagination. Tu es faible. Si faible. Tu ne sers à rien. Ta vie est vouée à un échec certain. " Je balance la télécommande de la télé contre le mur en hurlant. " La ferme ! Je sais qu'il est réel ! Je sais qu'il m'aime ! Je sais qu'il va revenir... Pour moi. " Je ne fais que murmurer ces derniers mots aillant peur de savoir la vérité. Et si Il me fuyait vraiment ? Mais pourquoi ? Il ne c'est pourtant rien passer entre nous. Enfin pas quelque chose dont je suis censé me souvenir ou savoir ni avoir eut conscience. Il m'a embrassé j'en suis presque certain. Du moins je le pense. Il était là dans ma chambre à me regarder dormir, veillant à ce que tout se passe bien, présent au cas ou je me réveillerais d'un cauchemar en hurlant et en l'appelant et soudain je l'ai senti. Un court instant. Pas même plus de quelques secondes et pourtant j'ai l'impression que c'était une éternité. Mais il c'est retiré ensuite. Pensant très certainement à la personne avec une alliance autour de son doigt pareil à la sienne qui l'attend chez lui. Je soupire en y repensant et passe mes doigts sur mes lèvres les effleurant à peine me souvenant encore du goût des siennes. Je ferme les yeux et me sens parcourue d'un long frisson en imaginant sa peau douce contre la mienne, ses murmures essoufflés, sa voix fatiguée criant mon prénom dans un dernier effort. Je me mord la lèvre et garde les yeux clos jusqu'à ce que j'entende du bruit à côté de moi. Une chaise qu'on tire. J'ouvre les yeux plein d'espoir et m'aperçoit qu'il ne s'agit que du docteur Jason. Je soupire et regarde le bazar dans la chambre la télécommande brisée, le plateau à terre et les médicaments jonchant le sol. Je reporte mon attention sur le médecin et soupire. " Ho c'est toi. " Ben oui j'avais espéré que ce soit Lui mais bien évidement non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin méchant



WHAT ABOUT ME...
✂ Messages : 609
✂ Crédit : Misty
✂ Célébrité avatar : Katherine Heigl
✂ Travail ici depuis : 07/11/2011
✂ Argents : 2706

DOSSIER MEDICAL

Dossier médical
♣ AGE: 39
♣ SERVICE: Neurologie
♣ RELATIONS:

MessageSujet: Re: La folie est le plus beau signe de normalité } Alex   Jeu 7 Juin - 9:52

J'avais passé ma nuit à la bibliothèque de l'hôpital, devant un ordinateur. Il y a quelques temps, le psychiatre de l'hôpital était venu me trouver pour me parler d'une recherche qu'il avait lu, avec de nouveaux espoirs de traiter des maladies mentales tel que la schizophrénie. Je n'étais pas particulièrement à l'aise avec les maladies du ressort de la psychiatrie, mais je devais dire que ces nouveaux espoirs m'intriguaient, et j'avais eu envie de me lancer dans cette nouvelle aventure. Je mettais donc au point un essai clinique qui consistait à injecter une substance dans le lobe frontal des patients à intervalle régulier. Ces injections, si elles étaient efficaces, devaient réduire voire faire disparaître aussi bien les hallucinations que les crises de délire. Je passais donc tout mon temps libre à faire des recherches sur ces maladies, mais aussi sur le traitement que j'allais injecter. Hier soir, après mon service, Elly m’avait envoyé un message pour me dire qu’elle passait la soirée chez une copine et qu’elle ne mangerait pas à la maison. J’avais donc décidé de rester à l’hôpital pour continuer mes recherches. Au final, je m’étais réveillée ce matin la tête contre le clavier de l’ordinateur, la fatigue ayant eu raison de moi. Si j’avais du retard sur mon programme de la journée, je n’avais loupé aucune intervention et c’était le principal. J’allai donc me refaire un brin de toilette aux toilettes, histoire qu’on ne remarque pas ma nuit très agréable assis sur une chaise devant un ordinateur, puis j’entamai mes visites.. Je devais faire le suivi post-op’ de quelques patients, mais globalement, la journée s’annonçait plutôt calme.
J’avais donc le temps de me consacrer une nouvelle fois à mon essai clinique. La psychiatrie m’avait conseillé un patient, un jeune homme présentant de sérieux troubles schizophréniques qui serait le candidat idéal. Je souhaitais donc le rencontrer et faire sa connaissance avant de lui parler de cet essai. Depuis quelques semaines, je venais régulièrement le voir, pour apprendre à le connaître, mais aussi constater par moi-même l’état de sa maladie. Je décidais donc de lui rendre une petite visite.

Je me dirigeai donc vers le service de psychiatrie, que je commençais à bien connaître vu mes allers retours répétés. En arrivant, je croisais l’infirmière qui s’occupait de lui ses derniers temps. « Docteur Jason ! C’est une catastrophe, il ne veut toujours pas prendre ses cachets… Je ne sais plus quoi faire, il ne veut même plus rien ! ». Je soupirai, il régressait depuis quelques temps également. « Je vais voir ce que je peux faire. ». Je me dirigeai vers sa chambre et j’entrai doucement. Il semblait encore une fois perdu dans son monde, quel monde ? Je n’en savais rien. Sur le sol se trouvait les vestiges de sa lutte avec l’infirmière. Je tirai une chaise doucement, lui signalant ainsi ma présence. Il tourna finalement la tête. " Ho c'est toi. ". Je souriais en m’installant sur la chaise. « Bonjour Curtis. Comment ça va aujourd’hui ? ». Je savais que cette question était délicate, surtout vu l’état de sa chambre, pourtant, il savait que je ne le jugeais pas. J’avais essayé d’instaurer une relation de confiance, et cela semblait avoir marché. Du moins, il ne m’avait jamais remballer, ni même insulter et dit de partir, c’était une bonne chose.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://breathin-breathout.1fr1.net



WHAT ABOUT ME...
✂ Messages : 40
✂ Crédit : pechoutte et tumblr
✂ Célébrité avatar : Riker sexy Lynch
✂ Travail ici depuis : 04/06/2012
✂ Argents : 2097
✂ Situation : Célibataire, en couple, marié, divorcé tout à la fois
✂ Emploi/loisirs : Regarder les oiseaux par la fenêtre

DOSSIER MEDICAL

Dossier médical
♣ AGE: 20 ans
♣ SERVICE: Psychiatrie
♣ RELATIONS:

MessageSujet: Re: La folie est le plus beau signe de normalité } Alex   Jeu 7 Juin - 12:12


" Curt pas Curtis. " Je croise les bras sur ma poitrine d'un air boudeur et plonge mon regard dans celui de mon médecin. Comment je vais ? A ton avis ? Comment je vais en sachant que ça fait plus de trois jour qu'Il n'est pas venue travailler et donc que je ne l'ai pas vue. Je soupire et continue de le regarder. " Tu connais déjà la réponse non ? Je suppose que l'autre peau vache t'as dit que j'étais en pleine crise, que je ne voulais rien faire et je ne sais quelle autre connerie ! C'est pas une crise je sais ce que je fais. " Je garde les bras croisés sur mon torse et le regarde avec un air de défi comme si je lui demandant de me dire que je mens et que je suis en train de divaguer. Ce n'est pas le cas. Pas du tout même. Je veux simplement Le voir et je ne renoncerais pas tant qu'il ne sera pas à nouveau à mes côtés. Je fusille du regard l'infirmière qui entre dans la chambre avec de nouveau médicaments en main et les poses devant Axel sans me regarder. Elle ramasse ensuite tout le bazar que j'ai mis partout. J'attends qu'elle ait quitter la chambre avant de me retourner vers le neurologue et de montrer les médicaments d'un signe de tête. " je te préviens va falloir m'attacher les bras aux barreaux du lit si tu veux me faire avaler ça. Je ne prendrais pas ces médicaments. " Mon ton est calme mais sérieux et ferme. " Enfin on peux pas dire que ça dérange le personnel ici d'attacher les patients aux lits. " Je me souviens de mes premiers jours ici. On m'avais attacher les poignets par peur que je ne fasse une autre tentative de suicide. Depuis plus aucun objet tranchant n'entre dans ma chambre et c'est à peine si ils ne comptent pas le nombre de couteaux pour être sûr que j'en ais pas piquer un pour essayer de mettre fin à mes jours. Moi comme les autres je sais que cette maladie donne envie de mort mais pas à moi. Pour le moment les voix ne sont pas assez forte et les battements de mon coeur parviennent encore à Les faire taire. Pour le moment tout ce qui compte c'est Lui et personne d'autre.

J'observe Axel qui semble assez calme avec moi. Il à toujours été comme ça depuis le début de nos rencontres. Il apprend à me connaitre pour savoir si oui ou non le traitement sur lequel il planche peut fonctionner. Pour le moment nous ne faisons que parler. Il est plutôt sympa. En tout cas plus que les internes ici. Enfin un sort du lot mais bon. Quand il m'a parler de son essais il semblait surprit que j'accepte de tester et d'être en quelque sorte sa souris de laboratoire mais bien sûr que j'ai accepté c'est inattendue quelque chose comme ça et moi je veux guérir. Je veux pouvoir revoir mes frères, ma soeur, mes parents, mes amis sans culpabilisé ou risquer de les blesser. Et puis je veux sortir d'ici et vivre une vraie vie. Je veux pouvoir me lever le matin dans les bras d'un certain interne sans que son boulot ne nous séparent. Oui Interne/Patient c'est pas légal alors forcément ça aussi Il y tient et me repousse mais si je ne suis plus patient alors à moi la liberté. Et je veux guérir pour moi. Je veux sortir d'ici, aller en ville, faire des rencontres, sortir, m'amuser, faire la fête, faire de la musique jour et nuit si je le veux avec notre groupe. Me voilà repartie dans mon monde. Décidément il va finir par penser que je suis vraiment un cas désespéré. Je m'éclaircis la gorge et lui demande. " Bon alors de quoi on parlent aujourd'hui ? " Chaque fois il me demande de parler d'un souvenir ou de quelque chose que j'aime. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de ce qui c'est passer avant d'arriver d'ici. En fait c'est confus j'ai plein de souvenirs de ma vie passée mais je n'arrive pas à sortir le vrai du faux. Et même depuis que je suis ici je n'arrive pas à savoir ce que j'ai vécut et ce que j'ai rêver. Je joue nerveusement avec mon collier portant le sigle des R5 notre groupe de musique sans quitter Axel des yeux. C'est bien le seul bijoux que je suis autorisé à porté. Enfin en même temps j'ai pas laisser le choix aux infirmiers si ils y avaient touchés je crois que j'aurais démonter la chambre et l'hôpital. Ce simple symbole me rappelle qui je suis et à quelle point j'ai perdu des gens chères. Je fais passer le médaillon contre mes lèvres et réfléchis à ce que Dr Jason peut bien vouloir savoir cette fois en attendant qu'il me réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin méchant



WHAT ABOUT ME...
✂ Messages : 609
✂ Crédit : Misty
✂ Célébrité avatar : Katherine Heigl
✂ Travail ici depuis : 07/11/2011
✂ Argents : 2706

DOSSIER MEDICAL

Dossier médical
♣ AGE: 39
♣ SERVICE: Neurologie
♣ RELATIONS:

MessageSujet: Re: La folie est le plus beau signe de normalité } Alex   Mar 12 Juin - 14:52

Si Curtis pouvait effrayer plusieurs infirmières et internes du service, je le trouvais attachant. Bien que sa maladie soit un fait avéré et bien présente, je le trouvais plutôt sain d’esprit par rapport à d’autres malades que j’avais rencontré. C’était peut-être dû à son jeune âge, ou son entourage avec qui je dialoguais régulièrement. Et chacune de nos rencontres étaient très constructives. Il me parle de ses souvenirs, sans vraiment savoir ce qui est vrai ou faux, mais cela il en a très bien conscience, contrairement à d’autres patients qui vivent dans leur monde imaginaire sans se douter que rien de tout cela n’existe.
" Curt pas Curtis. ". Bien sûr, où avais-je la tête, il a dû me le répéter une bonne dizaine de fois. « Curt, excuses-moi, il va vraiment falloir que je me mette ça dans la tête ! ». Je tire le fauteuil pour me placer face à lui puis je m’assois dedans. Comme à toutes mes visites, je lui demande comment il va aujourd’hui, bien que j’aie déjà mon idée sur la réponse du jeune homme. " Tu connais déjà la réponse non ? Je suppose que l'autre peau vache t'as dit que j'étais en pleine crise, que je ne voulais rien faire et je ne sais quelle autre connerie ! C'est pas une crise je sais ce que je fais. ". Je souris légèrement, depuis quelques jours, le jeune homme est particulièrement désagréable avec le personnel soignant, dont l’infirmière qui s’occupe de lui. « En fait, elle s’inquiète pour toi Curt. Comme tout le monde ici. ». Je savais qu’un séjour dans un service tel que la psychiatrie pouvait être difficilement gérable émotionnellement pour les patients. Et souvent, ils se sentent persécutés, persuadés qu’on leur veut du mal. Curtis ne semblait pas raisonner ainsi, mais il avait toujours cette façon de s’exprimer envers le personnel soignant qui sous-entendait qu’ils ne faisaient que l’embêter et prenaient plaisir à le faire.
Justement, une infirmière venait d’arriver dans la chambre et posa sur la tablette juste devant moi un petit verre de médicament, ceux qu’il avait refusé de prendre avant mon arrivée. Puis elle se chargea de faire un peu de rangement, je lui lançais un regard compatissant et encourageant. Une fois cela fait, elle sortit de la chambre et je me retrouvai seul avec le jeune homme." je te préviens va falloir m'attacher les bras aux barreaux du lit si tu veux me faire avaler ça. Je ne prendrais pas ces médicaments. ". Ce n’était pas mon rôle de le forcer, et je n’avais pas l’intention de le faire. Je restais persuader qu’en discutant avec lui, on pouvait arriver à de biens meilleurs résultats. " Enfin on peut pas dire que ça dérange le personnel ici d'attacher les patients aux lits. ". Je me redresse dans le fauteuil et croise mes jambes tout en regardant le jeune homme. « Ce n’est pas mon rôle de te dire ce que tu dois faire et tu le sais bien. Et puis tu sais, ici on n’attache pas les patients pas gaité de cœur, mais plus pour sa sécurité. Et personne ne va t’attacher je te rassure. ». Du moins, tant qu’il ne présenterait pas une menace pour lui-même.

" Bon alors de quoi on parlent aujourd'hui ? ". C’était devenu habituel, à chacune de mes visites, je lui demandais de me parler de certains aspects de sa vie, qu’ils soient réels ou non, cela me permettait de le connaître. Après tout, même les faux souvenirs constitués une part importante de lui. Mais cette fois ci, je ne voulais pas lui parler de son passé, mais plutôt de ce que j’avais en tête pour lui. « Et bien aujourd’hui, on ne va pas parler de toi Curt, ou en tout cas, pas de ton passé. ». Je me penche et croise les mains devant moi en décroisant mes chambres. « En fait, comme tu le sais, je passe beaucoup de temps pour me documenter concernant l’essai clinique, et j’ai mis au point un premier essai de traitement, et je pense que je pourrais bientôt commencé. ». J’avais déjà obtenu l’accord de sa famille, mais je ne voulais pas le forcer en quoi que ce soit. Et s’il m’avait déjà donné son accord, je préférai lui en parler encore et encore, pour ne pas avoir de mauvaises surprises le jour J. « Si tu es toujours d’accord bien sûr. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://breathin-breathout.1fr1.net



WHAT ABOUT ME...
✂ Messages : 40
✂ Crédit : pechoutte et tumblr
✂ Célébrité avatar : Riker sexy Lynch
✂ Travail ici depuis : 04/06/2012
✂ Argents : 2097
✂ Situation : Célibataire, en couple, marié, divorcé tout à la fois
✂ Emploi/loisirs : Regarder les oiseaux par la fenêtre

DOSSIER MEDICAL

Dossier médical
♣ AGE: 20 ans
♣ SERVICE: Psychiatrie
♣ RELATIONS:

MessageSujet: Re: La folie est le plus beau signe de normalité } Alex   Mar 12 Juin - 18:17



je garde mon regzrd sur lui et sourit. C'est plus facile et puis tu devrais être honnoré il n'y à que mes amis que j'autorise à m'appeler colle ça. Enfin ce su'il me reste d'amis plutôt. Tu es bien le seul qui ait le droit ici d'ailleurs. Enfin il y à bien une exception bien entendu mais bon. Je tente de pas trop y penser mais retiens mes larmes en serrant mes draps entre mes doigs. Et si Elles avaient raison ? Et si au final Il ne revenait pas ? Il est peut-être partie définitivement ou c'est fait transféré. Non il ne peux pas ! Impossible ! Il ne peut pas me faire ça ! Je sers les draps plus fort et retiens mes larmes comme je peux sans y parvenir totalement. Il me manqu e terriblement je n'rrive pas à faire face à son absence. Depuis que je suis ici il ne c'est pas passer un jour sans que je ne vois ses beaux yeux, que j'entende sa voix me bercé, respirer son odeur et être rassuré par ses bras musclés. Combien de fois me suis-je réveillé dans ses bras complètement rassuré et reposé alors que quelques heures auparavent je me réveillais en hurlant son prénom pour me calmé. Je ne les compte même plus tellement elles sont nombreuses. Il passait presque sa vie ici et même ses jours de repos il venait me rendre visite pour prendre des nouvelles de moi. Il est tellement adorable. Impossible donc qu'il ait soudainement démissioné. Vais-je finir par croire les paroles de l'infirmière qui insiste sur le fait qu'il est malade ? Ce serait pourtant la meilleure option et celle qui finirait le mieux pour moi. Ben oui au moins il reviendrait. Je suopire et lâche mes draps reposant mon regard embué de larmes vers lui. Je sais toi t'es le gentil médecin qui ne veut que mon bien. Je sais oui ils font ça pour éviter qu'on se blessent ou pire. Ouais je me souviens de mon arrivée ici quand on me l'a fait. Pour ma protection m'as-t-on dit. Un nouveau soupire s'échappe de mes lèvres. Je finis par rire.[/b] Genre elle s'inquiète elle est bien bonne celle-là. [/b] Je me redresse sur mon lit à ses paroles. [b] T'es sérieux ?! [/img] Je suis plus. Qu'est-ce que je pourrais vouloir de plus ?

Hj: désolé c'est court je suis sur ma tablette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


WHAT ABOUT ME...

DOSSIER MEDICAL

MessageSujet: Re: La folie est le plus beau signe de normalité } Alex   

Revenir en haut Aller en bas
 

La folie est le plus beau signe de normalité } Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» La folie des BAM ! [FINI]
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» L’argent conduit à la folie !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Massachussets General Hospital :: 2ème étage :: Psychiatrie-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com